La réforme des Nations Unies au Niger

Un besoin permanent de cohérence

1. Le processus de réforme du Système des Nations Unies (Delivering As One)

Lors du sommet mondial de 2005, les Etats membres ont émis le souhait d’avoir un système de développement des Nations Unis robuste qui soit stratégiquement pertinent, flexible, préparé/équipé et capable d’aider à atteindre les résultats des OMD pour tous les pays. A cette occasion la nécessité de réformer le système des Nations Unies a été réaffirmée.

En 2006, un Groupe de haut niveau sur la cohérence de l'action du système des Nations Unies a été créé sur l’initiative du Secrétaire général des Nations Unies. Dans son Rapport publié en novembre de la même année intitulé « Unis dans l’action », ou « Quatre principes » ont été adoptés : Une seule direction ; Un seul programme ; un seul budget et, si possible un seul bureau, le Groupe a présenté une série de recommandations visant, entre autres, à renforcer les activités du système des Nations Unies en partenariat avec les gouvernements hôtes, et à les axer sur les résultats. Le Groupe a également recommandé d’accélérer et d’approfondir les réformes du système des Nations Unies, de manière à mettre en place des équipes de pays des Nations Unies unifiées, ayant la capacité d’aborder les questions transversales avec cohérence.

Dans son programme d’action sur cinq ans pour son second mandat, le Secrétaire général a appelé à lancer une initiative « Unis dans l’action » de deuxième génération, mettant l’accent sur la gestion et le suivi axés sur les résultats, de manière à renforcer la responsabilisation et à obtenir de meilleurs résultats.

2. Les différentes étapes de la réforme

2007 : Lancement de l’expérience pilote de l’approche « Unis dans l’action », dans huit pays pilotes volontaires pour expérimenter l'approche (Albanie, Cap-Vert, Mozambique, Pakistan, Rwanda, République-Unie de Tanzanie, Uruguay, Viet Nam).

2009 : Adoption d’une seconde résolution sur la Cohérence du système des Nations Unies (A/63/311). Appelle à améliorer la gouvernance des activités opérationnelles des Nations Unies pour le développement afin de renforcer la cohérence de l’action de l’ensemble du système.

2012 : Adoption du QCPR A/67/226), capitalisation sur les bases des 15 années précédentes, mécanisme à travers lequel l’AG :

  • Évalue l’efficacité, l’efficience, la cohérence, et
  • Établit un système d’orientation de politiques globales pour le développement de la coopération.

2013 : Rrésolution 67/226 du 22 janvier 2013 (QCPR,  l’Assemblée Générale des Nations Unies constate « que les progrès accomplis et l’expérience acquise dans la mise en œuvre  expérimentale de l’initiative « Delivering as One » par les pays  pilotes contribuent beaucoup au renforcement de la cohérence, de la pertinence, de l’efficacité et de l’efficience du Système des Nations Unies pour le développement dans ces pays. »

A travers cette Résolution, les Etats Membres de l’ONU signalent l’importance qu’ils accordent aux efforts que doit faire le SNU pour améliorer la cohérence de ses interventions au niveau pays.

Août 2013 : l’UNDG propose les procédures opérationnelles standards (SOP) du « Delivering As One », assorti d’un plan d'action.

Septembre 2014: Les Directeurs des Agences (au niveau global) adhèrent officiellement à la Réforme du SNU en approuvant les procédures opérationnelles standards.

3. Les piliers de la réforme au Niger

Pour mieux comprendre son environnement de travail l’Equipe Pays du Niger a initié une étude préparatoire sur le « DELIVERING AS ONE », « Analyses des forces, opportunités et faiblesses, défis et gains potentiels du processus de réforme du système des Nations Unies ».

Le Niger n’est pas un pays officiellement DaO, mais il est bien avancé quant à la mise en œuvre des piliers y relatifs :

Un Programme Unique

Une forme de programme unique existe à travers l’UNDAF 2014-2018, signé en 2013 et mis en œuvre conjointement depuis 3 ans. Des plans de travail annuels de l’UNDAF sont élaborés annuellement par domaine de coopération, mais ne sont pas signés par les agences.

Un Cadre Budgétaire Commun + Fonds Unique NU

Le cadre budgétaire commun et le fonds unique ne sont pas encore mis en place. Cependant, pour une partie des interventions, celles réalisées dans les communes de convergence, des outils de planification et de gestion communs existent.

Par ailleurs la mobilisation conjointe de fonds a permis de mettre en place des programmes conjoints avec les fonds de donateurs bilatéraux (ex. Programme Conjoint Maradi), ou avec les fonds du PBF (dans le cadre de la consolidation de la paix).

Un Leader unique

Le Coordonnateur Résident est le chef de l’Equipe Pays dont il contribue à renforcer le leadership et la cohésion.

Les Chefs d’Agences sont aussi des Leaders dans l’atteinte des Résultats Stratégiques de l’UNDAF pour lesquels leur Agence est Chef de File. Les groupes thématiques et techniques inter-agences (notamment pour le Suivi-évaluation de l’UNDAF, pour les Opérations…) ont été mis en place sous le leadership des Chefs d’agences, et travaillent à renforcer la cohérence des interventions du SNU. Ils ont aussi des rôles à jouer dans la représentation de l’UNCT.

Pour que l’Equipe-Pays opère de façon stratégique, une retraite est organisée annuellement et de rencontres mensuelles contribuent à avoir  une vision partagée et des orientations claires.

Une structure de gouvernance cohérente existe et est en cours de formalisation à travers la signature d’un Code de Conduite de l’UNCT.

Un dialogue structuré et transparent est régulièrement mené avec la partie nationale et les Partenaires au Développement.

Unité dans les Opérations

Une OMT (Operations management team) existe et est totalement opérationnelle. Elle fonctionne selon une stratégie de gestion commune des opérations approuvée annuellement par l’équipe de pays, adaptée aux besoins et aux capacités locales. Elle permet d’améliorer les processus d’unicité opérationnelle en éliminant la duplication et de maximiser les économies d’échelles.

Communiquer ensemble

Un Groupe de Communication (UNCG), redevable existe. Il permet d’établir des règles de base pour définir et porter des messages clés pertinents et cohérents partagés par l’ensemble de l’Equipe Pays et d’harmoniser les outils et produits de communication. Le groupe élabore également une stratégie commune de communication basée sur l’UNDAF, pour renforcer les actions de plaidoyer, et en appui à la mobilisation commune de ressources.