Les grands enjeux

Les principaux défis auxquels est confronté le Niger sont : le faible développement du capital humain, la dégradation de l’environnement et le changement climatique, la forte croissance démographique, la faible croissance économique, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, l’insécurité globale dans le pays et l’impact des problèmes sécuritaires dans les autres pays voisins.

En réponse aux multiples défis de développement, le Gouvernement a décidé en 2012 de faire du Plan de Développement Economique et Social (PDES) le cadre unique de ses politiques et stratégies à moyen terme, et le principal document de négociation avec l’ensemble des Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) pour la période 2012 – 2015, prolongé à 2016. La vision du PDES est « L’édification d’un pays émergent, bâti sur une économie dynamique, diversifiée, durable et harmonieusement répartie sur le territoire national, une République moderne, démocratique, citoyenne et bien gouvernée, une Nation riche de sa culture et de ses valeurs partagées, une société ouverte sur le monde et attachée au savoir et à l’innovation technologique, prospère, équitable, solidaire, unie et en paix, engagée à favoriser l’intégration africaine ». Pour parvenir à concrétiser cela, cinq (5) axes stratégiques complémentaires et interdépendants sont identifiés. Ce sont :

     Axe 1 : les conditions de durabilité d’un développement équilibré et inclusif,

     Axe 2 : la consolidation de la crédibilité et de l’efficacité des institutions publiques,

     Axe 3 : la sécurité alimentaire et le développement agricole durable,

     Axe 4 : la promotion d’une économie compétitive et diversifiée pour une croissance accélérée et inclusive,

     Axe 5 : la promotion du développement social.

Malgré la mise en œuvre du PDES, les défis pour la réduction de la pauvreté et la promotion d'une croissance inclusive et durable restent toujours d'actualité. Le plus important de ces défis est la croissance démographique. La population nigérienne évolue à un rythme très élevé avec un taux de croissance démographique de 3,9% en liaison avec un indice synthétique de fécondité de 7,6. La demande sociale en biens et services publics (éducation, couverture sanitaire, accès à l'eau potable…) reste encore très forte au Niger, même si par ailleurs les indicateurs socioéconomiques ont connu un accroissement significatif sur la dernière décennie. Au niveau du secteur réel, le taux de croissance économique s'établit à 6,9% en 2014 et estimé à 4,9% sur la période 2015-2016 (source : estimations du FMI). Toutefois, l’économie nigérienne sera encore dominée dans le moyen terme par l’agriculture dont la production dépend quasiment des conditions climatiques et pluviométriques.

Contexte humanitaire du Niger

La situation humanitaire du Niger est complexe et résulte de la combinaison de défis tant structurels que conjoncturels. Ces défis multiples sont liés à l’insécurité alimentaire, à la malnutrition, aux catastrophes naturelles, aux épidémies et aux mouvements de population dus aux conflits dans les pays voisins et à leurs conséquences sécuritaires dans le pays.

De par sa proximité relative avec l’Algérie et la Lybie, le Niger est également devenu une route migratoire vers l´Europe pour des dizaines de milliers de personnes aspirant à une vie meilleure. L’impact de la combinaison de ces crises aggrave les vulnérabilités chroniques liées à la pauvreté et à ses déterminants, la forte pression démographique, la position géostratégique du pays avec ses incidences sur la sécurité et la dynamique de populations, la forte exposition aux aléas climatiques, les problèmes d’aménagement du territoire, l’insuffisance de l’accès aux services de base (santé, eau potable, assainissement…), et l'appauvrissement des moyens de subsistance, les comportements socio-culturels, et la faiblesse de la préparation à la réponse aux catastrophes, sont autant de paramètres qui structurent la situation humanitaire dans le pays. Ces différentes conditions ont des éléments aggravants mutuels tels que la forte dégradation de l’environnement, et les effets du changement climatique.

Depuis la déclaration de l’état d’urgence dans les Etats au nord du Nigéria (Adamawa, Borno et Yobe) en mai 2013, le Niger fait face à des défis humanitaires sans précédent dans la région de Diffa qui accueille des milliers de réfugiés nigérians, de Nigériens retournés et de ressortissants de pays tiers. La plupart des personnes ayant fui l’insécurité au Nigéria et des personnes déplacées internes se trouvent dans une situation de vulnérabilité qui aggrave celle des communautés hôtes.

En 2014, le Niger figurait à la 187eme place sur 187selon l’indice de développement humain du PNUD.

L’action humanitaire au Niger est ainsi orientées autour de trois objectifs stratégiques :

(1) recueillir les données sur les risques et les vulnérabilités, les analyser et intégrer les résultats dans la programmation humanitaire et de développement,

(2) aider les populations vulnérables à mieux faire face aux chocs en répondant aux signaux d’alerte de manière anticipée, en réduisant la durée du relèvement post-crise et en renforçant les capacités des acteurs nationaux, 

(3) fournir aux personnes en situation d’urgence une assistance coordonnée et intégrée, nécessaire à leur survie.